Deux accouchements pas comme les autres

Je n’ai pas pour habitude de parler de moi, de ma vie privée mais cette fois-ci j’ai voulu bousculer mes habitudes pour vous partager 2 grands moments de ma vie.

En général les blogueuses font le récit de leur accouchement, qui émeut tout le monde par tant de joie, de bonheur,… Mais malheureusement cela ne se passe pas toujours comme dans les films.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Pour ma première je n’ai pas eu peur de l’inconnu qui m’attendait pour ce grand moment de la vie. Je me suis dis qu’il arriverait, ce qu’il devait arriver sans trop me poser de question.

Et je pense que j’ai bien fait de ne pas me faire de film, ne pas espérer/rêver un accouchement puisque le miens n’allait ressembler à aucun de ceux qu’on avait pu me rencontrer ou que j’avais pu voir…

Le jour J, après la perte du bouchon muqueux et quelques contractions rapprochées (10-15 minutes) qui ne me faisait pas plus mal que ça, mon homme (plus stressé que moi) décide de me conduire à la maternité illico.

On arrive vers 09h00, on nous fait patienter un peu en salle d’attente, puis on me place en salle de travail avec le monito et tout ce qui va bien. On nous surveille de loin, les contractions ne sont pas assez proches, on nous parle d’un éventuel retour chez nous…

Une heure plus tard j’appelle la sage-femme, j’ai mal… Elle m’examine, je suis ouverte à 4 doigts.

Elle me dit alors que nous allons passer en salle d’accouchement et qu’on va me poser la péridurale, tout se passe très bien, le dos rond,…

La douleur s’en va, je souffle un peu…

Nous sommes seuls, la machine se met rapidement à biper… Le chiffre du rythme cardiaque de bébé devient rouge et clignote… Le cœur de bébé ralenti…

2 sage-femme arrivent, on me met sur le côté, me demande comment je vais (des mouches devant les yeux ?, des bourdonnements d’oreille ?,…)

On m’examine, la poche des eaux explose, elle dit à sa collègue « appuie sur le bouton, appuie sur le bouton » des médecins arrivent, tout va très vite, on me dit qu’il faut faire vite pour mon bébé.

Le brancard est sorti aussi vite que possible de la chambre, on me transfert en salle de césarienne d’urgence, on me pique le bras en même temps qu’on me demande de respirer dans le masque et je m’endors…

Il est 14h05, ma petite fille est née, elle est belle et fait 3.290 kg mais je ne suis pas là pour l’admirer, la contempler…

Je me réveille quelques temps plus tard en salle de réveil, seule, je demande à voir ma fille, on me dit que c’est impossible, qu’il y’a d’autres personnes en salle de réveil, dont des personnes qui ont subit des interruptions de grossesse.

Je dois attendre…

On me remonte dans ma chambre vers 19h00, une sage femme me montre ma fille de loin, c’est limite si je peux l’embrasser après tant de temps d’attente.

Nous sommes enfin dans notre chambre, je peux enfin la serrer dans ma bras, je l’observe, la câline, et ne réalise pas encore ce qu’il vient de se passer…

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Pour cette deuxième grossesse pas d’appréhension particulière, mais mon cœur de maman est encore lourd de cette première expérience où j’étais seule (sans mari, ni enfant), où je n’ai pu vivre mon accouchement, où on ne m’a pas laissé voir ma fille. (chose que ni les sage femme libérales que j’ai vu, ni la sage femme de la maternité n’a compris)

Pour cette grossesse le corps médical a voulu me faire accouché par voix basse, car ma césarienne est une « cause non reproductible ». Malgré tout cette fois-ci j’avais clairement formulé ce que je ne voulais pas : ne pas être séparé de mon enfant tant de temps !

Et pour ne pas risquer un nouveau drame je leur ai demandé plusieurs fois s’ils étaient sûre que ça passerai, car pas envie de passer d’un accouchement « douloureux » à un autre…

Le jour J, 1h20 du matin, des contractions me réveillent, au bout d’une heure nous décidons d’appeler en renfort ma mère pour qu’elle nous garde notre puce, nous arrivons à la maternité à 3h00 du matin, on nous installe en salle de consultation, la sage femme m’indique que je suis ouverte qu’à 1 doigts…

Je me demande comment c’est possible avec des douleurs pareil…

30 minutes après, sans contrôler mon col elle me donne un médicament pour me faire passer les « contractions inutiles »

A un moment donné les contractions sont vraiment forte, je sens que ça pousse en bas et qu’un liquide sort, je vois que c’est du sang, j’appelle, la personne me dit qu’elle m’appelle la sage femme, qui ne viendra pas…

A la place une autre personne vient pour me dire de me rhabiller, que nous allons voir avec la sage femme ce qu’on va faire.

Je regarde mon homme, je lui dit qu’il est impossible que je me rhabille, arrive alors une contraction énorme, et sens beaucoup de liquide, j’appelle, la sage femme ( qui a daigné se déplacer), j’ai perdu beaucoup de sang…. elle m’examine, il est 4h du matin et je suis ouverte à 7 !

Elle me demande si je peux marcher jusqu’à la salle d’accouchement …. Bien sûre que non ! Elle me parle d’un fauteuil roulant, finalement c’est avec le lit qu’on s’y est rendu.

C’est un peu la panique, tout le monde essaye de faire au plus vite pour que j’ai la péridurale. Ma perfusion s’arrache, les capteurs ne collent pas (merci l’huile anti vergeture), j’arrive à m’asseoir tant bien que mal avec l’aide des sages femmes, et entre 4h30/5h00 je suis enfin soulagé.

Suite à cela on me recontrôle je suis à dilatation complète…

On laisse ma puce descendre, quelques poussées, le cœur de bébé ralenti les médecins débarquent tout de suite afin de surveiller et de pouvoir intervenir. Ma puce naitra finalement à 6h23. On me la pose sur moi, elle est si petite, si belle.

On me demande ensuite de pousser pour le placenta, on me fait une révision utérine, et là… le médecin me dit qu’il a un doute, qu’il va appeler le médecin référent… Elle arrive, vérifie, le doute est confirmé, ma cicatrice s’est rouverte…

Nous laissons donc ma fille et mon mari, et nous sommes repartis au bloc, on m’a refait une césarienne après avoir accouché par voix basse… le comble !

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Bref tout ça pour dire qu’on a beau être suivi, faire des cours de préparation à l’accouchement, des échographies de la cicatrice, il y’a certaines situations auxquelles on est pas préparées

6 comments

  1. Carole SERRES says:

    Coucou,
    Je ne sais pas si tu as accouché dans la même maternité pour les 2, mais si c’est le cas, il est clair qu’ils ne sont franchement pas compétents !!
    Tu perds du sang et personne du corps médical ne s’inquiète ???
    Je trouve çà complètement dingue et c’est malheureusement la cas dans beaucoup de maternités, la nuit, quand les grands chefs ne sont pas là.
    Dieu merci, tes petits loups vont bien !
    Bises et très bonne journée 🙂
    Carole

  2. mams de deux banbinos says:

    Coucou a oui totalement différent se arienne par voix basse sa existe je savais même pas.

    L’essentiel c’est qu’elle sont en bonne santé .

  3. Ines says:

    Oh là là ça fait peur….Ton 1er accouchement me rappelle un peu le mien avec le voyant rouge et le coeur de bébé qui ralentit et tous les médecins qui débarquent…Moi finalement après m’avoir appuyé comme des dingues sur mon bide, ma puce est sortie par voie basse ms j’étais à 2 doigts de la césa!! Pour ta 2ème, je trouve qu’ils ont été un peu incompétent…vouloir te faire te rhabiller alors que tu viens de perdre du sang? et la césa après avoir accouchée par voie basse?? c dingue heureusement toi comme tes puces vs allez bien ça reste l’essentiel ms ça doit pas te donner envie de faire de pt 3ème après ses 2 expériences…Bizzz à toi et tes poupettes d’amour

    • admin says:

      Oui non mais la SF des urgences n’était pas top…
      Oui ma cicatrice s’est rouverte pendant l’accouchement du coup ils ont rouvert au niveau de mon ancienne cicatrice…
      Bas si je veux un 3 ème ce sera césarienne obligatoire, et programmé 2 à 3 semaines à l’avance.
      Bises !

Laisser un commentaire